Menu Fermer

Quelles sont les causes des terreurs nocturnes chez les enfants ?

L’une des nombreuses facettes de l’éducation d’un enfant consiste à le réconforter et à l’aider à surmonter les nombreux événements déconcertants qu’implique sa croissance. Cependant, selon l’enfant, surtout dans la petite enfance, vous pouvez avoir à faire face à des thèmes récurrents comme les cauchemars et les terreurs nocturnes.

Pour les personnes qui ne se connaissent pas, la première terreur nocturne L’incident peut être assez troublant. Dans la plupart des cas, vous devez regarder votre enfant crier et se débattre pendant son sommeil, en essayant le plus souvent de le réconforter, ce qui ne lui donne que peu ou pas de répit.

Conseil rapide :

Pour la plupart des cas de terreurs nocturnes, vous n’avez pas à vous inquiéter beaucoup ni même à consulter le pédiatre. Les épisodes de terreur nocturne sont assez fréquents chez les enfants âgés de 4 à 12 ans, surtout chez les garçons, et ne sont jamais une source d’inquiétude.

De plus, la plupart des enfants en sortiront complètement une fois que leur système nerveux aura atteint sa maturité.

Avant le XXe siècle, il était assez courant d’attribuer ces expériences bizarres à des possessions démoniaques, comme conséquence de l’écoute d’histoires terrifiantes avant le coucher, ou d’autres causes encore plus ésotériques.

Cependant, grâce aux progrès de la polysomnographie et de la psychanalyse, nous disposons maintenant d’explications factuelles sur les raisons pour lesquelles les enfants connaissent parfois des terreurs du sommeil.

Plus :Qu’est-ce qu’une terreur nocturne ?

Les causes des terreurs nocturnes chez les enfants

Selon un rapport dans le Journal of the American Academy of Child and Adolescent PsychiatryLes terreurs nocturnes proviennent d’une excitation excessive du système nerveux central pendant le sommeil.

Cette excitation peut déclencher des aspects vitaux du système nerveux qui contrôlent l’activité cérébrale au réveil, déclenchant le mouvement et la parole, et entraînant des troubles du sommeil comme les terreurs du sommeil et le somnambulisme

À première vue, un épisode de terreur nocturne peut sembler être un cauchemar particulièrement intense associé à des mouvements du corps. Cependant, contrairement aux rêves qui se produisent pendant le sommeil paradoxal profond, les terreurs nocturnes ont tendance à se manifester dans les premiers stades du sommeil non paradoxal.

Environ 2 à 3 heures après l’endormissement, le corps commence à passer du stade le plus profond du sommeil non REM au premier stade du sommeil REM. Bien que cette transition se déroule sans heurts dans la plupart des cas, il peut arriver, en de rares occasions, que des perturbations se produisent.

De telles perturbations peuvent entraîner un ou plusieurs épisodes de terreur du sommeil pendant la nuit.

Chez les enfants, le fait que le système nerveux central n’est pas encore arrivé à maturité explique un risque plus élevé d’excitation excessive et, par conséquent, un facteur de risque accru de terreur nocturne.

En outre, certains enfants peuvent hériter d’une prédisposition à connaître des épisodes de terreur pendant le sommeil. D’après expertsLes enfants dont les parents ou les frères et sœurs déclarent avoir été victimes de terreurs nocturnes pendant leur enfance sont beaucoup plus susceptibles de souffrir eux-mêmes de troubles du sommeil.

Cependant, les causes des terreurs nocturnes chez les enfants ne se limitent pas à la croissance et ne sont pas uniquement héréditaires. Les conditions et situations de vie suivantes peuvent également être des déclencheurs potentiels d’épisodes de terreur nocturne.

Stress, fatigue et privation de sommeil : le stress et la fatigue sont des facteurs qui peuvent déclencher des terreurs nocturnes chez les enfants, ainsi qu’une foule d’autres troubles du sommeil. La privation de sommeil ou un changement radical des horaires de sommeil exacerbe encore la pression exercée sur le système nerveux central. Changement d’environnement : Un autre élément déclencheur potentiel étroitement lié aux changements d’horaires de sommeil est le moment où l’enfant change d’environnement ou passe un certain temps loin de chez lui. Le manque de familiarité avec le nouvel espace peut rendre le sommeil de l’enfant plus difficile et peut suffire à déclencher un épisode de terreur du sommeil.dépression, anxiété et autres troubles de l’humeur : de nombreux les principaux travaux psychanalytiques sur le sujet signalent que les épisodes de terreur nocturne peuvent souvent avoir une base concrète dans l’anxiété, les conflits mentaux et les complexes de la vie réelle. Les épisodes récurrents de terreur nocturne peuvent également être le signe d’un trouble sous-jacent du sommeil, comme l’apnée du sommeil ou le syndrome des jambes sans repos. Effets secondaires des nouveaux médicamentsSymptôme secondaire d’autres maladies, comme la fièvreDormir avec la vessie pleineManger de grandes portions juste avant de se coucherApport excessif de caféine

Comment aider votre enfant

Lorsque les enfants vivent des terreurs nocturnes, la meilleure chose que vous puissiez faire en tant que parent est de ne rien faire et d’attendre. En attendant, vous pouvez éviter de bloquer le chemin de l’enfant et réduire les risques qu’il se blesse.

Dans la plupart des cas, l’enfant se détendra et se rendormira sans aide en quelques minutes.

De plus, vous ne devez pas tenter de réveiller votre enfant pendant les épisodes. D’une part, vous avez peu de chances de réussir et, même si vous y parvenez, votre enfant se réveillera dans un état d’étourdissement et de confusion, et il lui faudra peut-être beaucoup plus de temps pour se rendormir.

Souvent, les terreurs nocturnes se résolvent d’elles-mêmes, et votre enfant finira par en sortir. Toutefois, si votre enfant est confronté à des terreurs nocturnes une nuit sur deux ou si les épisodes deviennent plus violents, vous pouvez envisager de consulter un médecin ou un spécialiste du sommeil.

FAQ

Les terreurs nocturnes sont-elles liées au TDAH ?

Rapports scientifiques indiquent que les adolescents qui ont reçu un diagnostic de TDAH pendant leur enfance ont beaucoup plus de chances de rencontrer des problèmes de sommeil comme des cauchemars et des terreurs.

Les terreurs nocturnes sont-elles liées à l’épilepsie ?

Bien qu’il n’y ait pas de lien direct connu entre les terreurs nocturnes et l’épilepsie, les parasomnies comme les terreurs nocturnes et la somnambulisme peuvent présenter des symptômes similaires à ceux des crises nocturnes du lobe frontal et peuvent souvent être mal diagnostiquées comme telles.

Cet article a été rédigé par Lully Sleep et traduit par TouslesMatelas.com. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. TouslesMatelas.com perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.