Menu Fermer

Pandémie, parentage et sommeil – Le juge du sommeil

Avoir une routine de sommeil efficace, souvent appeléel’hygiène du sommeilLa surveillance des enfants, en particulier des enfants de moins de cinq ans, peut être essentielle pour garantir que les enfants bénéficient régulièrement de la quantité de sommeil de qualité dont ils ont besoin. De la limitation de l’utilisation des technologies à la création d’un environnement confortable pour les enfants, ces efforts peuvent aider les enfants à obtenir entre 8 et 16 heures de sommeil par jour selon leur âge. Dormir suffisamment la nuit peut avoir un impact positif sur la santé physique et émotionnelle des enfants, ainsi que sur leurles fonctions neurocognitives et la vie familiale.

Mais alors que les parents s’efforcent de fixer le bon rythme pour le coucher des enfants, de limiter l’accès à la technologie et aux jeux vidéo la nuit, ou même d’envisager le feng shui de la chambre de leurs enfants, ils oublient peut-être de prendre soin d’eux-mêmes.

Pour mieux comprendre l’impact de la pandémie sur la qualité du sommeil des parents, nous avons interrogé 1 000 personnes (dont plus de 800 parents) afin de connaître leurs habitudes de sommeil. Poursuivez votre lecture en explorant les éléments les plus difficiles de l’éducation des enfants pendant la pandémie COVID-19, le nombre d’heures de sommeil que les parents obtiennent réellement et l’impact négatif que l’hygiène du sommeil des enfants pendant la pandémie pourrait avoir sur leurs parents.

Perdre des heures sous les draps

Avec la pandémie COVID-19, 2020 a été une année difficile pour des millions d’Américains. Et si les répercussions de la pandémie ont été étendues à tout le pays, l’un des éléments les plus universelsa été le stress. Comme nous l’avons découvert, le stress que les parents ressentent depuis le début de la pandémie pourrait avoir un effet profondément négatif sur leurs horaires de sommeil.

parental sleep stats

parental sleep stats

Nous avons commencé par poser aux parents une simple question : « Dormez-vous suffisamment pendant la pandémie ? D’après les résultats de notre enquête, seuls 40 % des parents estiment qu’ils dorment suffisamment chaque nuit, bien que les mères (33 %) soient encore moins nombreuses à se sentir bien reposées que les pères (48 %). Outre la disparité entre hommes et femmes, nous avons constaté que les parents célibataires (32 %) étaient nettement moins susceptibles de déclarer qu’ils dormaient suffisamment, par rapport aux ménages biparentaux (41 %).

Une écrasante majorité des parents ont admis avoir moins dormi pendant la pandémie qu’avant son déclenchement. Les parents de nourrissons (30 %) étaient également les moins susceptibles d’indiquer qu’ils dormaient suffisamment, en moyenne. Avec des cycles de sommeil globalement plus courts, les parents de nourrissons peuvent s’attendre à se réveillertoutes les deux ou trois heures en fonction de l’âge de leur bébé.

Avant la pandémie, les parents déclaraient dormir en moyenne 7 heures et 10 minutes chaque nuit. Après le début de la pandémie, les parents interrogés ont indiqué avoir dormi un peu plus de 6,5 heures chaque nuit, soit une moyenne de près de quatre heures de moins par semaine.

Les habitudes de sommeil

Avec des options limitées ou modifiées en matière de scolarisation et de garde d’enfants, des millions de parents ont dû modifier considérablement les habitudes de leurs enfants pour tenir compte des recommandations en matière d’enseignement à distance et de distanciation sociale. Ces changements ne sont pas seulement difficiles pour les enfants, ils peuvent l’être aussi pour les parents.

covid and children

covid and children

Quarante pour cent des parents ont indiqué que leurs enfants avaient eu un impact négatif sur leur sommeil pendant la pandémie, dont 37 % des hommes et 43 % des femmes. Les mères, en particulier les mères qui travaillent, ont été plus durement touchées par les effets de la pandémie sur leur vie familiale avecles modifications apportées à la garde d’enfants et à l’enseignement à distance. Avec peu d’options pour quitter leur emploi, de nombreuses femmes luttent pour rester dans la vie active, avec les pressions supplémentaires de leur vie familiale.

Les parents de jeunes enfants, y compris les nourrissons (64 %) ou les tout-petits (50 %), étaient plus susceptibles d’indiquer que leur sommeil avait été perturbé par leurs enfants pendant la pandémie. En revanche, les parents de jeunes adolescents (34 %) et d’adolescents (30 %) étaient les moins susceptibles de signaler des changements négatifs dans leurs cycles de repos. Les parents ne sont pas les seuls à avoir un sommeil moins bon. Vingt-sept pour cent des parents ont déclaré que le sommeil de leurs enfants avait été entravé pendant la pandémie, et 22 % ont déclaré que leurs enfants dormaient moins bien en général.

Quatre parents sur cinq ont admis que leurs enfants avaient pris de nouvelles habitudes de sommeil pendant la pandémie, notamment en se couchant plus tard (40 %), en luttant pour s’endormir (35 %), en faisant la grasse matinée (32 %) et en utilisant davantage la technologie la nuit (30 %).

Les défis de la parentalité dans la pandémie

Les parents ne sont pas les seulsle stress lié à la pandémieet l’un des meilleurs moyens de garder les enfants au calme est de maintenir autant que possible leur routine habituelle. Malheureusement, il peut être plus difficile pour les parents de créer un climat normal pour leurs enfants que vous ne le pensez.

parenting challenges

parenting challenges

Quarante et un pour cent des parents ont admis qu’il était plus difficile de s’occuper de leurs enfants pendant la pandémie, dont 36 % des hommes et 46 % des femmes. Les parents célibataires (51 %) étaient également beaucoup plus susceptibles d’être confrontés au comportement de leurs enfants pendant la pandémie que les parents de foyers biparentaux (40 %).

Et si les jeunes enfants (en particulier les nourrissons et les tout-petits) sont ceux dont le sommeil est le plus perturbé par la pandémie, les parents sont plus nombreux à indiquer que les enfants plus âgés, notamment les 9 à 11 ans (47 %) et les adolescents (46 %), sont plus difficiles à gérer. Les enfants d’âge scolaire qui suivent actuellement un enseignement à distance peuvent êtresusceptibles de créer des distractions supplémentaires Les personnes qui ont du mal à se concentrer ou à maintenir leur capacité d’attention peuvent trouver l’apprentissage à distance encore plus difficile.

Pour les parents, les tâches les plus difficiles pendant la pandémie consistaient à maintenir des heures de coucher (48 %) et de réveil (36 %) constantes, à endormir les enfants (36 %) et à faire faire leurs devoirs par les enfants (26 %). Cinquante-huit pour cent des personnes interrogées ont déclaré qu’elles avaient trouvé les tâches parentales plus épuisantes pendant la pandémie, et 55 % ont déclaré qu’elles étaient plus frustrantes. En plus de se sentir plus stressés (72 %) et dépassés (63 %), nous avons constaté que les parents se sentaient moins maîtres de la situation (48 %) ou mentalement bien (46 %) pendant la pandémie.

Routines familiales perturbées

Pour des millions d’Américains, la pandémie et ses effets sur la vie quotidienne et la routine ont été stressants. Pour de nombreux parents, nous avons constaté que le stress lié à l’équilibre des effets de la pandémie à la maison a eu un impact direct et négatif sur la quantité et la qualité du sommeil qu’ils ont eu cette année. Et si de nombreux parents ont admis que leurs enfants ont eu des effets négatifs sur leur sommeil, nous avons constaté que ces effets étaient encore plus graves pour les parents et les mères célibataires.

À l’adresse suivante :Le juge du sommeilNotre mission est simplement d’aider les gens à mieux dormir. En donnant accès à des ressources sur le sommeil, notamment des guides sur la recherche et la santé du sommeil, nous nous efforçons de donner aux gens les moyens de contrôler leur hygiène du sommeil de toutes les manières possibles. Vous trouverez également des critiques sur les meilleurs matelas, oreillers et accessoires de sommeil du marché, ainsi que des coupons et des réductions, afin que vous sachiez que vous obtenez le meilleur prix sur des solutions de sommeil de premier ordre. Pour en savoir plus et trouver le sommeil qui vous convient le mieux, rendez-vous surTheSleepJudge.com aujourd’hui.

Méthodologie et limites

Nous avons interrogé 804 répondants qui élevaient des enfants dans leur ménage, et 196 répondants sans enfants. L’âge des personnes interrogées varie de 18 à 75 ans, la moyenne d’âge étant de 38 ans. 462 répondants étaient de sexe masculin, 535 de sexe féminin et trois répondants ne se sont pas identifiés comme étant de sexe masculin ou féminin.

Pour garantir l’exactitude des réponses, tous les répondants à l’enquête devaient identifier et répondre correctement à une question de contrôle d’attention. Dans certains cas, les questions et les réponses ont été paraphrasées ou reformulées par souci de clarté ou de concision. Ces données reposent sur l’auto-déclaration, et les problèmes potentiels liés aux données auto-déclarées comprennent, entre autres, le télescopage, la mémoire sélective et les erreurs d’attribution.

Déclaration d’utilisation équitable

Vos lecteurs tentent-ils encore de trouver le bon équilibre pour leurs enfants (et eux-mêmes) pendant la pandémie ? Nous vous encourageons à partager les résultats de cette étude pour toute utilisation non commerciale en incluant un lien vers cette page dans votre article afin de donner accès à l’ensemble de nos conclusions et de notre méthodologie.

Cet article a été rédigé par TheSleepJudge Editorial Team et traduit par TouslesMatelas.com. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. TouslesMatelas.com perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.